Actualité

Chirurgie vasculaire : un saut technologique au bénéfice des malades

  • Recherche & innovation
  • Projet réalisé
  • Cardio-vasculaire
  • Spécialités de pointe
  • Hôpital cardiologique (Louis Pradel)
  • Chirurgie
Chirurgie vasculaire : un saut technologique au bénéfice des malades
Chirurgie vasculaire : un saut technologique au bénéfice des malades
Chirurgie vasculaire : un saut technologique au bénéfice des malades
Chirurgie vasculaire : un saut technologique au bénéfice des malades
Chirurgie vasculaire : un saut technologique au bénéfice des malades

La première salle dite « hybride » de grande envergure dans un CHU français a été inaugurée à l’hôpital Louis Pradel (« Cardio »), jeudi 18 octobre 2018. Pourquoi hybride ? Parce qu’elle associe un bloc opératoire conventionnel à des équipements d’imagerie. Elle permet, par exemple, de faire un scanner en une minute au cours d’une intervention, pour voir le résultat immédiat de la chirurgie et procéder à des ajustements si nécessaire. Cette nouvelle salle permet aux patients souffrant de pathologies très complexes de l’aorte de bénéficier d’une prise en charge de pointe.

L’équipement de la salle hybride financé grâce au soutien de la Fondation HCL

Grâce aux dons du public et des entreprises, et grâce à un mécénat décisif du groupe SNEF, la Fondation HCL a financé l’acquisition de la version la plus innovante de l’équipement utilisé pour la pose des prothèses aortiques, intégrant des techniques de géolocalisation sophistiquées (rayons X, ultra-sons, fusion d’images, visualisation en 3 dimensions) et de navigation robotisée.

Cet équipement permet des procédures mini-invasives, très peu agressives et très finement adaptées à l'anatomie vasculaire personnelle de chaque patient, pour lui faire bénéficier d’une prothèse aortique sur mesure : un véritable saut technologique au bénéfice des malades.

L’équipement a été mis en service au mois de juillet et est désormais utilisé quotidiennement pour des interventions cardio-vasculaires complexes. « Avec ce nouvel équipement, nous avons gagné une précision incroyable, des temps d’intervention réduits et des résultats préliminaires très encourageants », témoignait cet été le Pr Antoine MILLON, chirurgien vasculaire. « Pour nous médecins, c’est formidable de pouvoir offrir à nos patients le top de la technologie médicale pour des interventions dont l’enjeu est vital. Nous voulons chaleureusement remercier la Fondation HCL et les différents donateurs qui ont contribué à la réussite de ce projet. »

Le 18 octobre, La Fondation HCL a eu le plaisir d'accueillir donateurs et sympathisants pour l'inauguration de la salle hybride, aux côtés des équipes du CHU de Lyon. Jean-Pierre DREAU, PDG du Groupe SNEF, confiait alors à l’assemblée : " J'ai eu la chance d'assister à une intervention dans la nouvelle salle hybride il y a quelques semaines, à l’invitation du Pr Antoine MILLON, j’ai pu mesurer alors tout le sens du soutien de SNEF dans cette réalisation, et toucher du doigt les enjeux. Car en réalité, ce sont véritablement des vies qui sont sauvées grâce à ces interventions ».

La contribution de la Fondation HCL, pour un montant total de 250.000 €, a permis le financement de la version la plus innovante du logiciel utilisé pour la pose des prothèses aortiques. Quels sont les apports de ce logiciel ? Les explications du Pr Antoine MILLON.

« Le robot est indissociable du logiciel mais le logiciel est également indissociable du robot ; c’est-à-dire qu’on ne peut pas utiliser cette machine complexe, sans un logiciel extrêmement précis qui nous aide non seulement à la manipuler, mais aussi à la faire se déplacer, à tourner autour du patient.
Et surtout, le point le plus important : le logiciel nous permet de travailler en réalité augmentée, c’est-à-dire de fusionner des images réalisées en pré-opératoire avec les images du patient prises au moment-même où nous intervenons. On a donc, à l’écran, l’image « de l’intérieur » du patient ; on travaille dans son scanner, en 3 dimensions et en couleurs, et non plus avec une image en 2 dimensions et en noir et blanc. Cela nous apporte une immense précision de navigation endovasculaire. Il en résulte des procédures moins agressives, avec de meilleurs résultats, et les patients se rétablissent mieux et beaucoup plus vite ».