Actualité

Pédaler pendant la dialyse pour préserver condition physique et morale

  • News
  • Accompagnement
  • Humanisation de l'hôpital
  • Education thérapeutique
  • Centre Hospitalier Lyon-Sud
  • Partenariat
  • Activité physique adaptée
  • Néphrologie
Pédaler pendant la dialyse pour préserver condition physique et morale
Pédaler pendant la dialyse pour préserver condition physique et morale
Pédaler pendant la dialyse pour préserver condition physique et morale
Pédaler pendant la dialyse pour préserver condition physique et morale
Pédaler pendant la dialyse pour préserver condition physique et morale

La Fondation HCL vient de doter le Service de Néphrologie, Dialyse et Nutrition rénale du Centre Hospitalier Lyon-Sud de 8 pédaliers d’activité physique adaptée. Installés au sein de l’unité d’hémodialyse du service, ils permettront aux patients qui le souhaitent, en particulier à ceux en attente d’une  greffe rénale, de pratiquer  une  activité physique de pédalage, adaptée à leur état, pendant les séances de  dialyse. Ils pourront ainsi aborder la greffe en meilleure condition physique. Ces pédaliers ont pu être offerts grâce au soutien de GSF Mercure - Groupe GSF.

Lors de l’inauguration, les collaborateurs de GSF ont pu rencontrer l’équipe soignante et recueillir leurs témoignages. "Ce soir, nous sommes très heureux car nous mesurons  l’utilité de notre mécénat", a témoigné Julien Rougier, Directeur général de GSF Mercure. "GSF est une entreprise qui porte certaines valeurs et nous les avons retrouvées dans la mission portée par Fondation HCL. Nous avons construit ensemble un véritable partenariat que nous sommes heureux de faire grandir au fil  de nos actions communes."

Activité physique adaptée et dialyse

"On compte actuellement environ 5000 personnes dialysées en Rhône-Alpes", indique le Pr Denis Fouque, Chef du Service de Néphrologie, Dialyse et Nutrition rénale du Centre Hospitalier Lyon-Sud . "Les patients atteints de maladie rénale chronique sévère, en particulier ceux qui sont dialysés, présentent souvent une perte musculaire et une fatigue excessive. Au cours de maladies chroniques telles que la maladie rénale (MRC), une activité physique régulière est recommandée et bienfaisante pour les patients dialysés."

Une étude clinique menée dans le service a démontré que les bénéfices d’une activité physique intra dialytique sont multiples, tant sur le plan cardio-vasculaire, musculaire, osseux que neuropsychologique avec une amélioration du sommeil et une prévention de l’altération des facultés cognitives.

Cette étude a permis aux patients de bénéficier temporairement d’un pédalier de prêt. Le retour de ces derniers a été extrêmement positif avec des signes encourageants, immédiats et visibles (bien-être, niveau de stress, forme physique, état d’esprit, etc.). En pédalant sur un vélo de lit adapté, et ceci au cours même de leur séance de dialyse, les patients améliorent leur souplesse articulaire, la résistance osseuse ainsi que la force musculaire des membres inférieurs. L’amélioration de leur qualité de vie passe aussi par une réduction du temps ressenti en séance de dialyse.

En témoigne, le Dr Grégoire Basse, néphrologue à l’Unité de dialyse du CHLS :

IMG_6858"Pratiquer une activité physique adaptée pendant une séance de dialyse permet aux patients de travailler et d’augmenter leur force musculaire. En découlent une meilleure marche, une réduction de risque de chute, une augmentation de la densité osseuse et donc une réduction du risque de fracture. Un patient musclé  marche plus, tombe moins et il a aussi des os plus solides. Une amélioration des paramètres d’épuration de dialyse a été également prouvée avec la pratique d’une activité physique. Un autre élément important à prendre en considération pour le patient : l’adaptation à l’effort. En effet, celui qui pratique une activité physique régulière sera moins essoufflé par exemple au moment de monter les escaliers parce qu’il aura adapté son organisme à la tachycardie et à la récupération. Enfin Sur le plan purement psychologique, des séances de dialyse de 4 heures, 3 fois par semaine, c’est très long ; pédaler sur un vélo de lit adapté permet aussi d’oublier pendant un moment qu’on est à l’hôpital, et participe à améliorer le moral. Cela devient également un sujet de conversation entre les patients dialysés, ce qui favorise le lien social et évite l’isolement. "